Haken Vola Bent Knee Live Report

[Live Report] Haken + Vola + Ben Levin – 10/03/2019 au Transbordeur @ Lyon

C'est au Transbordeur et sur la scène du bar que se sont produit tour à tour Ben Levin, Vola et Haken. Nombreux ont été les proggeux qui ont été présents avec une salle bien remplie. Il est évident qu'avec une affiche d'une telle qualité, rassemblant des pépites de Neo Rock/Metal Progressif, le rendez-vous était inscrit sur mon agenda depuis de nombreux mois.

Ben Levin Bent Knee Live Lyon

Ben Levin Group

A part quelques exceptions (dont Lyon), Bent Knee et sa troupe de Boston ouvrent la série de concert avec leur Rock Progressif à la fois Pop et Jazzy. Ce soir, c'est Ben Levin, guitariste attitré du groupe qui prend en charge le rôle d'ouverture. Entouré de musiciens hors pair, l'ensemble est d'aussi bonne facture que les œuvres estampillées Bent Knee. C'est super énergique, très agréable à écouter et puisant dans de multiples influences, du Jazz au Rock ainsi qu'au Hip Hop. Les rythmes évoluent sans cesse et n'hésitent pas à prendre par surprise l'audience.

Avec six protagonistes, dont la présence d'un violon, deux guitares, un clavier et le duo basse/batterie, les possibilités créatives sont vastes, et Ben Levin a su m'en mettre plein les yeux, moi qui redoutait un manque avec l'absence de la chanteuse habituelle, Courtney Swain. La très douce voix de la bassiste Jessica Kion rajoute un cachet certain à l'ensemble dont le titre Waiting en est une excellente matérialisation.

Très à l'aise techniquement, ces musiciens issus pour la plupart de la reconnue école de Berklee College of Music ont fait forte impression, ici pas de frontières, un vrai melting pot détonnant de Rock, Fusion, R'n'B et bien d'autres genres. Un excellent moment qui a été bien reçu par le public, annonciateur certainement de prochaines dates en Europe tant ces gars là sont bons.

Vola

Découvert avec leur premier opus, Inmazes en 2017, Vola fait parti de ces groupes où je sais déjà que chaque nouvelle sortie attisera mon intérêt comme une gazelle devant une lionne. Que dire à part que j'attendais de rencontrer ce groupe danois/suédois avec grande impatience. Seulement deux albums dans la poche dont Applause Of A Distant Crowd paru fin 2018, mais d'une fraîcheur que l'on oublie pas dès la première écoute. Loin des classiques du Metal Progressif ultra technique, Vola se concentre sur l'ambiance et l'univers de leur musique intégrant des sonorités alternatives, électroniques et ambiantes à leurs créations.

Le groupe en configuration trio ce soir (basse/guitare/batterie) a envoyé à la chaîne riffs percutants, lourds et envolées vocales aériennes. Alternant entre mélodies lumineuses et passages Metal Industriel, le set de Vola n'a cessé de m'impressionner. Asger Mygind au chant déploie sa voix envoûtante avec un charisme de crooner, Nicolai Mogensen à la basse réalise une belle démonstration d'énergie scénique et poussera les vocalises avec son compère lors de passages harmonieux.

Présentant une belle partie des titres de leur dernier album et en allant puiser dans les titres les plus efficaces de leur premier album, Vola a convaincu sans grandes difficultés. J'en tiens pour preuve les deux jeunes femmes devant moi qui n'ont cessé de chanter et se déchaîner pendant toute la durée du set. Bravo.

Haken

C'est au tour des britanniques de Haken de monter sur scène pour présenter leur dernier opus, Vector, dont la sortie fin 2018 a été l'une des plus passionnante de l'année. Leur dernière tournée lyonnaise en 2016 n'avait rassemblé qu'un public d'initié, l'erreur est réparée avec une audience au moins trois fois plus nombreuse qu'il y a deux ans.

Avec une setlist de seulement 9 titres (bah ouais c'est du Prog), Vector emporte pour lui 4 morceaux dont "The Good Doctor" qui aura lancé le bal. Performance technique de haut niveau, alternance entre parties instrumentales et mélodiques avec la voix de Ross Jennings, Haken a proposé une facette explosive de sa discographie, arrachant tout sur son passage. Il faut souligner les progrès notables de Ross au chant, dont la réputation il y a encore quelques années n'était pas des plus reluisante.

Les sections instrumentales faisant la part belle au niveau technique des musiciens ont certainement écœuré les étudiants en musique, un tel niveau affiché quand l'on est musicien c'est un peu de l'autoflagellation, mais quand on aime on aime. Mention spéciale à Diego Tejeida, clavériste virtuose, qui n'a pas hésité à prendre son Keytar (synthétiseur porté comme une guitare) pour venir au devant de la scène et exprimer son talent sur des solos sortis de l'espace. Le groupe clôture la soirée avec les 20 minutes de pur Prog de "Crystallised" de l'excellent EP Restoration.

Seul regret, pour le fan d'Haken que je suis, nos anglais semblent oublier progressivement leurs premiers albums (Aquarius et Visions), recelant pourtant de nombreux chef-d’œuvres.

La note des lecteurs
[Total: 1 Moyenne: 4]
The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.