[Chronique] Oktober Lieber – In Human

Charlotte Boisselier et Marion Camy-Palou qui forment le duo Oktober Lieber sont entrain de secouer le monde de la musique électronique. Après une prestation remarquée au Levitation Festival et une release party explosive au Petit Bain, leur premier album vient de paraitre chez Le Turc Mécanique. Les influences vont de la techno au post-punk en passant par l’industriel. « In Human » souffle un vent de fraicheur sur un genre qui tend un peu trop à s’uniformiser. Ici, il n’est pas question de sets et autres tracks mais de véritables morceaux composés avec finesse. Les subtilités sont nombreuses grâce à l’utilisation de synthétiseurs et autres claviers analogiques. Les voix sont également très présentes et s’imbriquent parfaitement dans les compositions.

L’album comporte six titres et s’étend sur trentaine de minutes. « Visions » donne toute de suite le ton avec une montée froide et synthétique qui transporte l’auditeur. Les morceaux « The Attacker » et « Computer Model » laissent place à des voix trafiquées dans un ensemble franchement mélodique. « Her Morphology » est clairement le point d’orgue de « In Human ». Des beats technos embellis de nombreux effets et d’une voix incantatrice qui se mue en quelque chose de sauvage. Les paroles en allemand de « Freiheit », et ses sonorités dans l’ensemble, ne sont pas sans rappeler les références au nom du groupe. L’album se clôture sur les rythmes entêtants de « Temple House ». Avec « In Human » Oktober Lieber vient de foutre un bon coup de pied dans la fourmilière électronique !

La note des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.