[Live report] Wooden Shjips et Black Market Karma – 08/09/2018 au Petit Bain @Paris

A l’heure où le terme psychédélisme est utilisé à toutes les sauces, Ripley Johnson s’évertue à construire, pierre par pierre, un véritable monument du genre. Le musicien originaire de San Francisco est la clé de voute des groupes Wooden Shjips et Moon Duo. Deux formations dans lesquelles on peut entendre s’envoler des notes de guitare au-dessus de la stratosphère. La formation se compose de Ripley Johnson au chant et à la guitare, Dusty Jermier à la basse, Nash Whalen aux claviers et Omar Ahsnuddin à la batterie. Je mets ma main à couper, sans hésitation, qu’il y a des Deadheads dans le groupe. Une soirée avec Wooden Shjips épaulé par Black Market Karma est annonciatrice d’un voyage sans atterrissage.

Les cinq londoniens ouvrent les hostilités. Au programme trois guitares, dont une douze cordes, une basse et une batterie. Ce qui me frappe dès les premières notes est que tous les musiciens sont alignés sur le devant de la scène. Cela donne une esthétique et un effet de proximité très appréciable. Le groupe nous entraine dans ses montées psychédéliques aux relents 60’. Je prends le temps de me retourner et constate que la salle est comble. Beaucoup de gens sont venus voir les Black Market Karma. Pendant près d’une heure le public était en ébullition. Ce concert se termine avec le sourire aux lèvres et une belle énergie pour la suite. Depuis « Comatose » en 2012, de nombreux albums sont sortis, l’occasion de se plonger dans le dernier en date : « Plastic Hippie ».

Le temps d’aller boire une pinte et s’embrumer l’esprit que les Wooden Shjips montent sur scène. Il est alors 21H15 et le décollage va commencer. Le groupe ouvre le concert avec « Eclipse », morceau qui intronise leur dernier et cinquième album : « V. ».  Comme on peut le voir avec Moon Duo, Wooden Shjips utilise un rétroprojecteur pour balancer des motifs psychotiques partout sur la scène. Les musiciens sont d’ailleurs habillés avec un t-shirt blanc afin que les projections les recouvrent. Durant plus d’une heure, le groupe va nous faire voyager loin, très loin. Les rythmes répétitifs sont survolés par la guitare solaire de Ripley donnant l’effet d’une transe communicative. Une accalmie dans de ce déluge sonore viendra ponctuer le milieu du concert avec « Ride On » et « Staring At Sun » dont l’enchainement sonne comme une évidence. Le groupe terminera par mettre l’assemblée en orbite pour finir par la lâcher dans l’espace. Je ne sais pas vraiment où ils m’ont emmené, mais j’ai mis du temps à atterrir.

En témoigne cette superbe prestation, Ripley Johnson et l’ensemble de ses musiciens sont de ceux qui nous font vivre de véritables voyages sonores. Wooden Shjips fait partie de ces groupes qui donnent ses lettres de noblesse au psychédélisme. L’éclectisme du public fait aussi partie de la réussite de cette soirée. Des vétérans du style en passant par des aficionados du groupe jusqu’aux curieux venus faire la fête, l’ambiance était franchement excellente. Le Petit Bain continu sa lancée dans le brassage des genres et c’est une très bonne chose !

La note des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.