[Live Report] Jinjer + Moebius + Titans Fall Harder + Kamizol-K + Butcher of Mississippi – 07/08/2018 au Blogg @Lyon

 

Avec l'une des plus belle affiche estivale, le Blogg à offert au public lyonnais une soirée aux airs de mini-festival avec pas moins de 5 groupes dont les ukrainiens de Jinjer qui ne cessent de croître en popularité. Une telle affiche résulte forcément sur un sold out...

Malgré des conditions très difficiles entre canicule, long retard sur l'horaire de départ, bar en rade de bière à mi-soirée, l’événement s'est révélé être globalement une réussite. Félicitation à l'orga qui selon moi s'en est honorablement sorti malgré ce qui peut ressembler à un cauchemar pour tout organisateur de concert.

Butcher Of Mississippi

Les Butcher Of Mississippi ont eu la lourde tâche de démarrer la soirée avec un public encore majoritairement à l'extérieur dans la file d'attente. L'occasion pour moi et les premiers spectateurs de découvrir leur gros son et surtout la grosse énergie qui est envoyée sur scène. Menés par Stef au chant, les Butchers jouent un Hardcore puissant et dynamique, ce groupe a sait foutre le bordel sur scène et n'hésite pas à pousser dans ses retranchements pour envoyer la sauce. Avec un set d'un peu moins d'une demi-heure, l'audience a pu goûter à ce qu'avait à offrir les Butchers. Belle mise en bouche avec un groupe à suivre et qui mérite le détour.

Kamizol-K

Après une première rencontre prometteuse au festival Sylak Open Air (dont le live report est disponible) les lyonnais de Kamizol-K prennent le relais sur scène avec leur son Hardcore puissant puisant ses influences autant dans le Death que le Thrash. Si là encore le set se veut court et intense, les locaux ont prouvé qu'il va falloir compter sur eux dans les années à venir avec notamment des compositions solides et efficaces ainsi qu'un niveau technique au dessus de la moyenne. Je ne vais pas bouder mon plaisir avec deux concerts en moins d'une semaine, mais je ne serai pas contre un p'tit rab, je prends rendez-vous pour la prochaine date.

Titans Fall Harder

S'il y a bien un style de Metal Extreme qui a le vent en poupe depuis une petite dizaine d'année, c'est bel et bien le Djent. Cette "mode" ne produit malheureusement pas que des artistes inoubliables, je dirai même que c'est le genre le plus bouché du moment à en devenir parfois lassant. Mais les grenoblois de Titans Fall Harder ne tombent pas dans cette catégorie du copier/coller de Periphery, Animals as Leaders et consorts... Nope, les Titans puisent dans des sonorités cybernétiques et électroniques donnant un rendu très original. Si une certaine influence Deathcore se fait bien présente, les compositions sont suffisamment travaillées pour envoyer son audience dans un univers Metal Progressif faisant la part belle aux riffs syncopés et au chant à la justesse technique rare. Je pense ne pas prendre trop de risques en disant que dans un futur proche, les Titans Fall Harder vont faire leur petit nom dans l'hexagone, et au vue de l’excitation du public pendant leur set, je dirai même que la conquête est déjà en cours.

Moebius

Voici le tour des italiens de Moebius de se présenter sur la scène du Blogg, étonnamment l'audience est cette fois-ci plus dispersée et parsemée, signe d'un groupe ayant peu d'intérêt ? Absolument pas, dès le premier titre le jeune groupe (2014) démontre une palette technique très riche. Si l'univers de Moebius est beaucoup moins "rentre dedans" que ce qu'à proposé juste avant les Titans Fall Harder, il n'en est pas moins très qualitatif. Avec un style clairement Progressif, Moebius propose une recette qui est loin de me déplaire, une bonne dose de Meshuggah avec une pincée de Porcupine Tree, clairement l'ensemble à tout pour attiser mon intérêt. Mené par un chanteur au style caverneux, Moebius plonge ainsi son public dans un style obscur, dur et perturbant. Si globalement le groupe m'a enchanté, un peu plus de variété dans le chant aurait (peut être) permis aux italiens de pousser leur sonorités Expérimentales et Progressives un peu plus loin.

Blast beats, riffs syncopés, la panoplie technique de Jinjer reprend les bases de tout Metal Progressif digne de ce nom mais y ajoute une sensibilité et une musicalité qui tranche avec les formations du genre. Le Blogg ne s'est pas trompé en invitant Jinjer sur scène, j'ai rarement vu un public autant excité... Avec des titres tels que "Pisces" ou l'excellent "I Speak Astronomy" (attention les frissons sur le final), Jinjer a fait bouillonner l'audience jusqu'à l'évaporation totale des quelques neurones pouvant survivre à un tel show.

Il va falloir attendre Février 2019 pour avoir une nouvelle dose de Jinjer au Transbordeur, les ukrainiens seront présents sur la tournée de Soilwork et Amorphis.

 

Jinjer

Place à la tête d'affiche de la soirée, menée par la sublime et terrifiante Tatiana Shmailyuk... Et bordel, que dire à part que les ukrainiens de Jinjer n'ont pas besoin de d'aller s'inscrire à la salle de boxe du coin pour envoyer des mandales. Le Death Groove Metal Progressif teinté de Djent proposé par Jinjer est un vrai pack de dynamite. Tatiana est l'une des leadsinger féminine les plus douée du moment, et si le succès de Jinjer semble décoller à pleine vitesse, la présence de Tatiana n'y est pas pour rien, quelle énergie sur scène ! Et quelle voix ! Claire, saturée, growls, tout y passe avec une fluidité à faire palir Alissa White-Gluz (Arch Enemy).

Merci tout spécialement à Mathieu du Blogg pour l'invitation. J'attendais cette soirée avec impatience ayant littéralement gobé tous les albums de Jinjer sans relâche, je m'attendais à une claque, je suis ressorti en ayant découvert l'un des tout meilleurs groupes de scène du moment et bénéficiant encore d'une belle marge de progression. Une formation à ne pas louper !

La note des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]
The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.